Santé de travail : comment éviter les risques professionnels ?

Quel que soit leur secteur d’activité, les salariés ne sont pas à l’abri d’accidents pouvant survenir dans leur milieu de travail et surtout à n’importe quel moment. Les risques professionnels sont inévitables. Toutefois, ils peuvent être évités avec une bonne prévention. Il incombe aux employeurs de trouver et d’offrir à leurs employés les moyens adéquats pour limiter ces risques. Comment éviter les risques professionnels ? Réponses.

Les différents types de risques professionnels

Avant de mettre en place une politique de prévention de risque dans une entreprise, il est primordial de connaitre les différents types de risques auxquels les travailleurs peuvent être exposés dans leur lieu de travail. Par définition, le risque professionnel englobe les situations de travail pouvant être dommageable pour le travailleur selon la nature du travail et de l’activité exercée. Il engendre deux phénomènes, dont l’accident de travail et la maladie professionnelle. Dans les deux cas, les impacts sur les travailleurs en matière de santé physique et psychologique sont immédiats. L’accident de travail est défini comme étant un événement survenu inopinément lors de l’exécution d’une tâche liée au contrat du travail. Il s’agit d’un dommage corporel comme la brûlure, les chutes, l’électrisation… La maladie professionnelle quant à elle, englobe les affections survenues à cause de l’exécution de la tâche elle-même ou des conditions de son exercice. Elle concerne les maladies infectieuses comme les tétanos ou les hépatites, les dermatoses, les allergies, les troubles musculaires…

Ainsi les risques peuvent être classés selon leurs causes. Ils peuvent être mécaniques, physiques, chimiques, biologiques, radiologiques ou psychologiques. Il appartient ainsi aux dirigeants d’inclure dans leur politique de santé et sécurité au travail, les mesures nécessaires pour réduire les facteurs de risques professionnels.

La prévention des risques professionnels

La législation place les employeurs dans l’obligation de mettre en place une prévention de la sécurité et santé de leurs salariés. Cette politique englobe les différentes actions menées pour y arriver. Elle inclut le rôle de l’information et de la formation qui tient une place importante dans la démarche, de mettre en place une organisation efficace et de trouver les moyens adaptés à toutes les situations.

Généralement, la prévention suit plusieurs étapes importantes, dont l’évaluation et l’évitement des risques, la catégorisation selon le degré d’impact, les actions menées pour les combattre, l’adaptation du milieu de travail selon les besoins des travailleurs en tant qu’être humain, la priorisation des situations moins dangereuses, la planification intégrant l’aspect technique et les conditions de travail, la prise en compte de la protection collective ainsi que l’information et la formation des travailleurs sur les éventuels risques et les mesures à prendre pour les éviter.

Agir selon l’échelle de prévention des risques professionnels

Prévenir les risques professionnels, c’est agir de manière à les réduire. Cette méthode peut être catégorisée en trois parties selon la gravité des risques et le secteur d’activité. Tout d’abord, la « prévention primaire » qui cherche à éviter les facteurs de risques. Elle consiste à anticiper les événements en s’attaquant à leurs origines. Pour cela, remplacer les produits dangereux par des produits plus sûrs pour réduire les risques biologiques ou chimiques par exemple, faire évoluer les conditions de travail pour éviter les risques psychosociaux ou lancer une campagne de vaccination collective pour prévenir une maladie. La « prévention secondaire », quant à elle, met l’accent sur la protection du travailleur en tant qu’individu. Il ne s’agit pas de supprimer les risques, mais de donner aux salariés les moyens et la capacité d’y faire face. Pour éviter les brûlures par exemple, les protections doivent être obligatoires ou dans le cadre de la maladie, se tourner vers la médecine du travail et faire un dépistage. Et finalement, la « prévention tertiaire », consiste à limiter les dommages et les complications liés à un événement déjà survenu. Pour éviter le burn-out par exemple, faire appel au service d’un coach individuel ou d’un accompagnateur médico-social selon le cas.

Les critères pour bien choisir son fournisseur dentaire
Les différences entre le cannabis indica et sativa